<div style="display:inline;"> <img height="1" width="1" style="border-style:none;" alt="google-ads-tracking" src="//googleads.g.doubleclick.net/pagead/viewthroughconversion/997023711/?value=0&amp;guid=ON&amp;script=0">

L’après-moratoire : Les places au soleil sont chères

Par -

moratoire-photovoltaique

Suite et fin de notre article sur le moratoire photovoltaïque de 2010. Quelles en ont été les conséquences ?

Un dégraissage du marché de l’énergie photovoltaïque

D’après nous, s’il y a une conséquence regrettable à ce moratoire, ce n’est pas tellement le grand nombre de faillites des entreprises du secteur photovoltaïque, mais plutôt le fait que “seuls 2 ou 3 acteurs seront capables de supporter financièrement les risques d'étude et de constitution du dossier, créant ainsi un oligopole anticoncurrentiel et contradictoire avec les objectifs de minimisation des coûts de la filière pour la Collectivité” comme le déclare l’APESI (L’association des Producteurs d’Electricité Solaire Indépendants).

On quitte un système comprenant un grand nombre d’acteurs maintenus artificiellement à flot à coups de subventions publiques, pour un paysage où seuls les acteurs les plus forts ou les plus déloyaux (soutenus par la Chine notamment) se partagent le gâteau.

Le moratoire sur le photovoltaïque : un mal pour un bien ?

Cet arrêt d’un soutien étatique excessif du marché de l’énergie solaire fut donc, selon nous, assez mal géré. Trop brutale, cette mesure aurait gagné à être plus progressive, en s’indexant sur le prix décroissant du matériel solaire (comme ce fut le cas en Allemagne). De cette façon, une grande partie des 14 000 emplois supprimés auraient probablement pu être sauvegardés.

Malgré tout, nous ne sommes pas convaincus que le moratoire était une mauvaise idée. Au contraire : Tout le monde est aujourd’hui persuadé que le photovoltaïque est une énergie d’avenir, dont le marché poursuit sa croissance à deux chiffres au niveau mondial. Il est donc temps de trouver un système de financement viable à long terme, afin de permettre au secteur solaire d’évoluer naturellement.

Un avenir financier plutôt radieux pour la filière solaire

L’indépendance, donc, on est pour, mais reste à régler le problème du financement…

Nous avons déjà quelques pistes de réflexions, dévoilées par les concertations lancées par Philippe Martin (ministre de l’écologie) avant le projet de loi sur la transition énergétique prévue pour fin 2014. Une réflexion sur l’autoconsommation a été lancée et serait envisageable dans le cadre d’une régionalisation de la compétence énergie. Un petit coup de pouce serait alors nécessaire et réalisable par des aides à l’investissement au départ, ou par des aides tenant compte des prévisions de l’atteinte de la parité réseau.

Autre piste : le marché de capacité électrique (prévu pour 2015) pourrait être élargi vers l’Europe et en particulier vers l’Allemagne. Le fameux couple franco-allemand pourrait se retrouver lié par des liens énergétiques et écologiques.

Malgré les difficultés, pas de doute : Demain sera solaire !

 

   

Combien payez-vous par an votre électricité + chauffage ?

Plus vos factures d’énergie sont importantes,
plus nous pourrons vous aider à économiser.

Je souhaite en savoir plus sur Green'Up

panneau-solaire-economie-d-energie